POURQUOI L’ECHEC DE LA TRANSITION DEMOCRATIQUE AU TCHAD PROMISE PAR LA CONFERENCE NATIONALE (CNS) ?

AntoineBangui-Livre-Elections-2Réponse aux commentaires sur Facebook à propos de la C.N.S (Conférence Nationale Souveraine): pourquoi l’échec de la Démocratisation ?

(1ère publication, sur Facebook, par Acheikh Ibn-Oumar, jeudi 3 juin 2010 ) ·
Dès le départ, il y avait une grosse escroquerie : le remplacement de Habré par Déby n’avait rien à voir avec un projet démocratique. La France, le Soudan et la Libye voulaient se débarrasser de Habré, uniquement, et uniquement, parce qu’il devenait de plus en plus indépendant et penchait dangereusement vers les USA.

La révolte de Déby et ses compagnons n’avait non plus rien à voir avec un quelconque projet politique ; c’était un reflexe de survie car Habré avait commencé par arrêter des officiers zaghawa impliqués dans le trafic d’armes avec le Darfour (eh oui, déjà !) et, à tort ou à raison, Déby et ses compagnons pensaient que tout leur groupe ethnique était menacé.
Quant aux chefs de partis politiques, il y avait 2 catégories : d’une part, les petits malins qui avaient compris le jeu et faisaient semblant de s’opposer uniquement pour faire monter les enchères dans leurs marchandages avec le pouvoir et, d’autre part, ceux qui pensaient qu’il y aurait des vraies élections, et avaient donc tenté leur chance, mais en ordre dispersé – chacun pensant que « son heure était venue »- sans prendre le temps d’analyser les enjeux géostratégiques ni de construire de véritables structures nationales et populaires, avant de comprendre la dure la réalité et revenir précipitamment, en ordre encore plus dispersé, vers la mangeoire. Les récalcitrants avaient le choix entre la mort et l’exil.

Vingt ans après, les dégâts sont là : un parti unique à peine déguisé, une présidence à vie, une succession dynastique programmée, une armée de milices, un hold-up familial sur les finances de l’Etat, des rébellions à répétition, une cassure Nord-Sud qui est une véritable bombe à retardement, le Darfour à feu et à sang, un fossé jamais vu entre une les très très riches et la masse, un sentiment d’humiliation et de frustration généralisé et, last but not least, une jeunesse aspirant au changement mais qui ne se reconnaît dans aucun des « produits » qui circulent sur le « marché politique ».
Dans l’immédiat, quatre issues sont possibles :
1) Que le pouvoir se ressaisisse et engage des réformes profondes, pour réparer les dégâts et regagner la confiance de la population et des partenaires : utilisation rationnel des cadres selon le principe de «l’homme qu’il faut à la place qu’il faut», indépendance de la justice, réorganisation des forces armées et de sécurité, renouvellement de la classe politique, encouragement des créateurs d’entreprises, transparence des élections, etc.
2) Une vraie conférence de la paix avec les politico-militaires, pour démilitariser définitivement le débat politique, créer le cadre pour une normalisation de la vie nationale, et
préparer
3) Un nouveau dialogue national serein avec toutes les forces sociales et politiques ; une nouvelle CNS (900 personnes, pendant 3 mois !), ce n’est pas nécessaire, mais trouver un cadre pour que les représentants de toutes les couches sociales s’expriment et dégagent un nouveau consensus national.
4) Enfin, en dernière extrémité, un changement brutal par un coup de force militaire ou un soulèvement civil, avec, évidemment, le risque de retomber dans la même situation.
A moyen terme, la génération montante ne doit pas se complaire dans la critique des « vieux » ou se contenter de réclamer « sa place », mais faire preuve d’intelligence et de courage, pour trouver elle-même ses propres modes d’expression et d’organisation, en phase avec les défis technologiques et socio-économiques de l’époque, afin d’ouvrir une nouvelle page, plus belle, de l’histoire du Tchad.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s