Tchad : 40 ans après la disparition du premier président Tombalbaye – Afrik.com

Tchad : 40 ans après la disparition du premier président Tombalbaye – Afrik.com : l’actualité de l’Afrique noire et du Maghreb – Le quotidien panafricain.

AfrikLogo-Tombalbaye

« Il y a quarante ans, le 13 avril 1975, disparaissait le premier président de la république du Tchad, François Tombalbaye rebaptisé N’Garta Tombalbaye.
Il fut victime d’un coup d’état militaire, chose malheureusement assez courante en Afrique ( cliquer dur ce lien pour Voir article de Yedina.net sur le putsch militaire de 1975 ).
Il avait régné pendant quinze années, à partir de l’indépendance, en 1960. De ce fait, retracer son parcours, reviendrait à revenir sur l’histoire politique du Tchad pendant cette période. Par bien des aspects, cela serait comme une répétition de l’histoire politique des autres pays africains francophones en particulier. C’est-à-dire : indépendance octroyée et non pas arrachée par le combat, et donc tutelle néocoloniale française, à l’ombre du tout-puissant Jacques Foccart, instauration du parti unique, pouvoir personnel autoritaire et répressif, etc. »
Au-delà de ce modèle général prévalant dans les ex-colonies françaises, le Tchad fait, par un aspect, figure d’exception : le cycle incessant de conflits armés. Après la guerre d’Algérie, le Tchad fut le théâtre de la première intervention militaire extérieure française, dès 1969. Si la question s’était posée il y a quelques années, on aurait ajouté une autre exception tchadienne : le poids des divisions ethno-régionales et leurs effets bloquants sur le processus de construction nationale. Un fameux article de Jeune Afrique dans les années 80 titrait : « Tchad : Etat néant ». Mais, l’exemple emblématique de la Côte d’Ivoire montre que le Tchad, dans ce domaine, était peut-être un précurseur, mais sûrement pas une exception.
Le Tchad a connu dès, 1965-66, la naissance d’un vaste mouvement de lutte armée qui imprima une marque profonde sur le destin du pays et qui refonda radicalement la problématique de l’alternance au pouvoir. Après Tombalbaye, aucun Président n’arriva au pouvoir par des élections démocratiques. Et depuis l’écroulement, en 1979, du régime militaire du général Malloum qui succéda à Tombalbaye, la question de l’alternance au pouvoir est réduite à une guéguerre interne entre les factions issues du Frolinat, même si le sigle originel finit par disparaître.

Tombalbaye : quel héritage ?

La question de l’héritage de Tombalbaye dans tout cela revient régulièrement dans les débats entre Tchadiens. Et les réponses sont naturellement très divergentes. Pour les uns, le pays se portait mieux sous le premier Président, en dépit de son caractère dictatorial. Le mouvement insurrectionnel était cantonné dans certaines zones rurales excentrées, la machine administrative tournait normalement, l’Etat connaissait une certaine stabilité et le pays avançait tant bien que mal vers le développement. Ce n’est qu’après sa mort que le chaos s’installa et le Tchad courut le risque d’éclater purement et simplement.
Pour les autres, si on ne peut nier le fait que la situation s’est dangereusement aggravée après la disparition du père de l’Indépendance, c’est malgré tout sous son règne que tous les germes du désordre et de l’éclatement avaient été semés : les déchirements qui s’étaient amplifiés après sa disparition n’étaient que la conséquence de la gestion du pays aux premières heures de l’indépendance. Est-ce qu’une autre personnalité politique à la tête du pays aurait fait mieux ? Sans se livrer à l’exercice facile de réécriture de l’histoire avec des « si », on peut faire deux constats. Premièrement, c’est qu’il y avait des personnalités et des cadres de grande valeur qui, pris séparément, n’auraient peut-être pas eu un bilan final meilleur que Tombalbaye, mais qui, collectivement, auraient sûrement permis au pays d’avoir un vrai leadership et lui éviter les grandes catastrophes.

Un chef incapable de faire le consensus

Deuxièmement, les évènements de Fort-Lamy (premier nom de N’Djamena), en septembre 1963, et ceux de Mangalmé, en 1965, auraient pu être évités. La grande faute de Tombalbaye c’est de s’être méfié, dès le départ, de tous les cadres et responsables qui pouvaient lui porter ombrage et de les avoir, de façon systémique, écartés sans ménagement. On ne peut s’empêcher de penser en premier à Gabriel Lisette qui fut le mentor de Tombalbaye.
Lisette, originaire de la Guadeloupe, était arrivé au Tchad en tant qu’administrateur, mais aussitôt il adopta le pays et déclencha la prise de conscience nationaliste. Il était influencé par les idées marxistes et fut le premier à implanter une section locale (PPT : Parti Progressiste Tchadien) du grand mouvement nationaliste africain de l’époque : le RDA (Rassemblement Démocratique Africain). Il fut écarté de façon peu élégante. Au cours d’un passage à Paris, à la tête d’une délégation ministérielle du tout nouveau Tchad indépendant, Lisette apprit qu’il était déchu de la nationalité tchadienne et qu’il était interdit de séjour au Tchad. Cette méfiance était tout à fait inutile, car Lisette reconnaissait lui-même que le Tchad indépendant devait être dirigé par un « Tchadien de naissance » et non un Tchadien d’adoption comme lui.
On peut citer de nombreuses autres personnalités de son propre parti le PPT/RDA ou d’autres formations qui auraient fait une belle équipe autour de Tombalbaye. Je pense en premier lieu au Docteur Outel Bono, à mon avis, le meilleur de  sa génération mais aussi à Djibrine Khérallah, Adoum Maurice Hel Bongo, Allahou Taher, et tant d’autres. (Cliquer sur le lien suivant pour l’article de Yedina.net –> Tchad : 40ème anniversaire de l’assassinat du Dr Outel Bono ).
Une illustration très significative de l’incapacité du Président à créer le consensus autour de lui, c’est le cas du Docteur Abbas Siddick. Il fut avec Tombalbaye un des membres fondateurs du PPT/RDA. Ils ont connu les mêmes déboires avec l’administration coloniale. Mis à l’écart, il se réfugia en France. A la mort d’Ibrahim Abatcha, fondateur du mouvement armé le Frolinat, le Dr Abba Siddick fut appelé à le remplacer, en 1969. Et c’était un triste spectacle de voir deux proches compagnons de la lutte anti-coloniale se retrouver principaux antagonistes d’une guerre civile dont on ne finit pas de payer le prix jusqu’aujourd’hui.
Au moment du régime dit d’autonomie, préparant l’indépendance, la vie politique commença à avoir une riche animation. Les coalitions se faisaient et se défaisaient causant une instabilité parlementaire chronique. Au cours de la première moitié de l’année 1959, il y eut trois Premiers ministres successifs : Gabriel Lisette, Sahoulba Gontchomé et Ahmed Koulamallah. Tombalbaye fut choisi par le Parlement, en juin, pour stabiliser la situation. C’est ainsi que quand l’indépendance vint, en août 1960, il se trouva naturellement le premier chef du nouvel Etat.

Au-delà des méandres assez déroutants des rivalités politiciennes de l’époque qui aboutirent à la montée en puissance de Tombalbaye, il faut signaler qu’il avait une forte personnalité et un parcours politique remarquable. Il s’était hissé dans la hiérarchie du parti par un esprit militant exemplaire, marqué par le courage, l’esprit de sacrifice, l’activisme infatigable auprès des masses populaires.

Parmi les nombreuses anecdotes qui marquent son parcours de militant anti-colonial, il y en a une très spectaculaire. En 1946, un stagiaire métropolitain, avec qui il eut une altercation, le traita de « sale nègre » et lui donna une gifle. Tombalbaye, alors jeune maître d’école, se rua sur l’agresseur, le jeta à terre et le roua de coups. Il a fallu plusieurs personnes pour mettre fin à la bagarre. On n’avait jamais vu cela « frapper un Blanc ! ». Cet incident et plusieurs autres défis courageux qu’il lançait aux responsables de l’administration coloniale firent bondir sa réputation.

Entraîné par son propre cyclone

Son début de prise de conscience nationaliste n’explique sûrement pas tout. La scène se passait à Koumra, la capitale du pays Sara, la terre de ses ancêtres. Tombalbaye était le fils de Ngarbaye Daba, un membre éminent de la noblesse locale de Bessada, le petit-fils de N’Garta , et surtout le descendant du grand Sakena, illustre guerrier et grand conquérant, dont le nom résonne comme un coup de tonnerre dans le ciel de Bessada et du pays Sara en général. Ce sentiment d’avoir à porter l’histoire et l’honneur d’une famille et d’une communauté explique en partie son courage, son entêtement parfois suicidaire, et un charisme naturel qui frappait tous ceux qui le rencontraient pour la première fois.

Revenons à la seconde grande faute : les évènements de septembre 1963 à N’Djamena, et de 1965, à Mangalmé. Au cours de ces évènements, il y a eu des soulèvements qui furent durement réprimés. En septembre 1963, c’était à l’occasion de l’arrestation de chefs de partis politiques dissouts. Et à Mangalmé, c’était une révolte paysanne contre les abus de l’administration locale. Ces évènements firent des centaines de victimes, mais surtout, ils créèrent un dangereux fossé entre le Nord et le Sud. Sans ces évènements, le Frolinat n’aurait sans doute pas vu le jour, où n’aurait pas eu cet impact décisif sur la vie nationale. (Cliquer pour lire l’article de Yedina.net sur –> les événements du 16 septembre 1963 )
Tombalbaye a essayé de rectifier le tir par la suite. Il reconnut publiquement que les insurgés de Mangalmé étaient dans leur droit et que ce sont les responsables locaux qui avaient profité de son absence (il était en voyage à l’étranger) pour étouffer les revendications et pousser les Moubis (ethnie de la région de Mangalmé) à la révolte. Il prôna une politique de « réconciliation nationale », mais c’était « trop peu, trop tard ». Le Tchad était entré dans un cyclone. Ce cyclone qui finit par l’emporter lui-même, un petit matin d’avril 1975, quand il fut tué par sa propre armée.

(Lire l’original sur le site Afrik.com–>  http://www.afrik.com/tchad-il-y-a-40-ans-disparaissait-le-premier-president-tombalbaye )

Mes autres articles sur le même thème :
Le coup d’Etat militaire du 13 avril 1975
Décès du général Kamougué
Evènements du 16 septembre 1963

3 réponses à “Tchad : 40 ans après la disparition du premier président Tombalbaye – Afrik.com

  1. Merci pour Cette rappel d’histoire?les tchadiens ont plus que jamais toutes les raisons d’espérer,nous sommes Conscients que par les armes Ou par le dialogue la lutte aboutira…

  2. Pingback: Agenda des actions africaines de Avril en région parisienne | Agenda des actions africaines·

  3. Pingback: Tchad : la fête de l’Indépendance a-t-elle une valeur ? | YEDINA : BLOG D'ACHEIKH IBN-OUMAR·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s