16 Septembre 1963, Témoignage de M.A. Alhabo

Suite à la republication de l’article à l’occasion de l’anniversaire des événements sanglants du 16 septembre 1963 (voir sur ce lien du  blog YEDINA  ), M. Mahamat-Ahmat ALHABO a pris la peine d’apporter son témoignage personnel, qui est publié ci-dessous:

 

Alhabo-2.jpg

Mahamat-Ahmat ALHABO

« Je voudrais remercier le frère Acheikh IBN-OUMAR pour cette analyse fort pertinente d’un des événements douloureux de l’histoire «actuelle» de notre pays: le massacre du 16 septembre 1963». 16 septembre pour moi est un anniversaire funeste. Ce jour du 16 septembre 1963, j’ai perdu un cousin, une balle a détruit l’œil de mon père qui été également blessé au bras, deux oncles, un beau-frère ont été gravement blessés lors de ce massacre. A la maison ce fut un drame tant le «prix» payé par la famille était excessivement lourd.

 

Avion -Broussard

Modèle d’avion « Broussard »

Le lendemain, très tôt le matin, les avions «Broussard» ont commencé à survoler notre quartier Madjan-Daffack. La patrouille composée de policiers, de gendarmes, de gardes municipaux et surtout d’indicateurs de la police ont investi nos maisons et ont procédé à l’arrestation de tous les blessés mais ils n’ont pas oublié de voler les bijoux de nos mamans, tantes et sœurs.
Je portais un djallabia dont les tâches sombres étaient assimilées à du sang. J’ai été malmené par la troupe, déshabillé jusqu’au caleçon, devant tout le monde, pour chercher une éventuelle blessure par balle qui aurait justifié mon arrestation en tant que manifestant de la veille. Le pouvoir a enterré nos morts, sans nous remettre les corps, au cimetière de Ridina Sans-Fil, adjacent au Commissariat CA 5.

Certaines des personnes arrêtées ce jour-là ont été libérées, six ans après, en 1969. Je disais plus haut que le 16 septembre 1963 est une date funeste, par ce que ce jour-là j’ai perdu un cousin, 40 ans après, jours pour jour mon père est mort le 16 septembre 2003 et ma mère est également décédée un 16 septembre 2005.

Je fais mienne l’explication donnée par Acheikh expliquant le processus ayant conduit à ce massacre du 16/9/63. Il a été constaté en effet que le général De Gaulle, par l’entremise de Jacques Foccart, a décidé de supprimer le multipartisme dans les néo-colonies en instaurant partout le Parti unique. L’orientation étant celle-là mais le détail a été laissé à chaque potentat de mettre en œuvre la musique. Certains plus sages et moins brutaux ont exécuté l’oukase de manière « soft » tandis que d’autres ont semé la mort et la désolation. Comme on a eu à le constater, après cette «expérience» malheureuse, la puissance coloniale a ordonné la série de coups d’Etats qui ont balayé ces pouvoirs civils, à Parti unique, pour les remplacer par des pouvoirs militaires.

Nous avons le devoir d’apporter notre petite contribution dans la construction à terme d’une nation. Ce processus peut être très long, voire impossible si on se souvient, comment l’Union soviétique et les pays des Balkans se sont disloqués et aujourd’hui des Catalans, des Basques ou des Kurdes cherchent frénétiquement à s’émanciper !

La balle lancée par Acheikh doit être saisie au rebond pour organiser un genre de colloque international pour discuter sereinement du passé et de l’avenir du Tchad. Comme le dit l’auteur de l’article ce serait l’occasion de «revoir notre histoire nationale, y compris en ces pages les plus sombres, de façon calme et décomplexée,…, en tant qu’héritage commun, afin d’en tirer les leçons utiles pour l’avenir».

La date la plus symbolique serait dans 6 ans, en 2023, si Allah nous prête vie. »
(Par Mahamat-Ahmat ALHABO. 1ère publication : le 17/09/2017, sur YEDINA )

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s